Les risques du vapotage pour la santé buccodentaire

Depuis sa mise sur le marché, la cigarette électronique, ou vapoteuse, est présentée comme une solution de rechange à la cigarette traditionnelle. Mauvaise haleine, coloration jaune des dents, perte de goût et surtout maladies cardio-pulmonaires et cancers : les risques liés à l’usage du tabac ne sont plus à prouver, et vu sous cet angle, le vapotage semble en effet moins nocif.

Cependant, il ne s’agit pas non plus d’une alternative sans danger, en particulier pour la santé buccodentaire. À bien y penser, vapoter consiste à inhaler et expirer de la vapeur. Or, le liquide contenu dans les cigarettes électroniques comporte des produits chimiques qui ne seraient pas sans dommages pour votre bouche. De plus en plus d’études sur le sujet s’accordent pour dire que le microbiote buccal ne ressort pas indemne de cette pratique, à tel point que les utilisateurs sont tout aussi susceptibles de développer des inflammations et des infections.

Le plus problématique ? La cigarette électronique est en passe de devenir un incontournable chez les jeunes. Comme le rapportent des données recueillies en 2018 et 2019, 34 % des élèves canadiens de la septième à la douzième année (soit l’école secondaire au Québec) ont déjà essayé un produit de vapotage et 20 % ont déclaré en avoir utilisé au cours des 30 derniers jours, alors que la moyenne des 15 ans et plus se situe à 15 %. Devant cet engouement qui favorise une utilisation régulière et une expérimentation facilitée même chez les non-fumeurs, il est temps de faire le point sur les risques réels du vapotage et ses conséquences sur la santé buccodentaire.

Quels sont les risques du vapotage sur les dents et les gencives ?

De quoi sont composés les liquides des cigarettes électroniques ? Pas de goudron ni de fumée, certes, mais d’un mélange de nicotine, de glycérine, de propylèneglycol, d’agents aromatisants, de produits chimiques et de métaux (nickel, étain, aluminium).

Au banc des accusés se trouve principalement la nicotine, dont la consommation avec les produits précédemment décrits – en plus d’encourager la dépendance en particulier chez les enfants et les jeunes utilisateurs – pourrait être à l’origine d’un bon nombre de problèmes buccodentaires :

  • Une irritation généralisée : les dommages liés au vapotage se répercutent dans la bouche, sur les gencives, mais aussi jusqu’à la gorge. Sensibilité, inflammation et rougeurs deviennent alors plus fréquentes.
  • Une sécheresse de la bouche, causée par le propylèneglycol, qui peut ensuite provoquer des caries, et être responsable de la mauvaise haleine et de lésions buccales ;
  • Le développement de champignons ou candidose buccale, facilement identifiable par la présence de taches blanches sur la langue et de rougeurs dans la bouche ;
  • Un grincement des dents. L’effet stimulant de la nicotine sur les muscles de la mâchoire est une conséquence méconnue de sa consommation. Résultat ? Vous serrez votre mâchoire plus que de raison et grincez des dents. À court et moyen terme, l’usure des dents, une hypersensibilité et diverses douleurs sont à prévoir.
  • Un vieillissement et une mort prématurés des cellules de la bouche causée spécifiquement par l’inhalation de la vapeur. Le constat d’une étude de 2016 sur ce point est impressionnant : le pourcentage de cellules mortes ou mourantes exposées à la fumée de vapotage est de 18 %, puis de 40 % et 53 % après respectivement un, deux et trois jours d’exposition, contre 2 % pour des cellules non exposées. De nouveau, les risques de maladies des gencives, de perte osseuse, de mauvaise haleine et de caries sont accrus.
  • Des caries : les saveurs sucrées proposées dans un large éventail de déclinaisons facilitent la prolifération de bactéries dans la bouche, qui devient alors un terreau fertile pour les caries et les maladies des gencives.

La relation entre vapotage et bactérie est d’ailleurs l’objet d’études très poussées. Parmi les plus récentes, celle de l’équipe du Dr Mahmoud Rouabhia, de la Faculté de médecine dentaire de l’Université Laval fait grand écho dans le domaine de la santé buccale. La cible de sa recherche ? Une certaine souche de bactérie qui accélère radicalement l’apparition et le développement des caries.

Vapotage : à l’origine d’un dérèglement du microbiote buccal préoccupant

La vapeur de cigarette électronique, extrêmement visqueuse, reste accrochée à la surface des dents, permettant ainsi l’adhésion facilitée d’une bactérie en particulier : Streptococcus mutans. Bien ancrée dans notre bouche, elle a alors tout le loisir de proliférer et de dégrader l’état général de nos dents. Les observations de l’équipe du Dr Rouabhia sont sans appel : les effets de la vapeur sont à ce stade comparables à ceux de la fumée de cigarette.

Bien que la cigarette électronique soit encore une technologie trop récente pour être documentée de manière importante, force est de constater que ses dommages sont tout de même mesurables. Infection, inflammation, maladies parodontales, caries ne seraient alors que la pointe d’un iceberg beaucoup plus large qui pourrait conduire à des cancers de la bouche. Du reste, cette perspective peu réjouissante est au programme des recherches actuelles de l’équipe du Dr Rouabhia.

Mais que faire si vous avez commencé à vapoter ou si vous voulez vous servir de la cigarette électronique pour cesser de fumer ? Boire beaucoup d’eau, diminuer le pourcentage de nicotine dans votre liquide jusqu’à disparition complète, brosser vos dents et passer la soie dentaire 20 minutes après chaque utilisation : des gestes simples, qui peuvent faire une grande différence.

Bien entendu, une consultation avec votre dentiste est plus qu’indiquée. Comme le vapotage est une tendance de plus en plus présente chez les adolescents et les jeunes adultes, il est d’autant plus important de vous informer et de recueillir des conseils avisés pour un usage éclairé de la cigarette électronique. Pour vous guider en toute confiance, contactez les spécialistes de la clinique dentaire Charles Trottier : ils sauront vous donner l’heure juste sur cette pratique et vous recommander d’autres stratégies éprouvées pour abandonner le tabac et retrouver une bouche saine en toute sérénité.

 

Sources :
Lumino Santé. Le vapotage peut-il endommager vos dents et vos gencives ? 2020.
Le Soleil. La cigarette électronique néfaste pour la bouche. 2016.
Gouvernement du Canada. Le vapotage au Canada : ce que nous savons. 2021.

2021-06-07T22:56:30+00:00 7 juin 2021|Santé dentaire, Santé générale|